Tout savoir pour créer une entreprise en suisse

Créer son entreprise en Suisse peut sembler complexe en raison des diverses réglementations et formalités administratives. Cependant, le pays offre de nombreux avantages aux entrepreneurs, tels que la stabilité économique, un système fiscal attractif et un environnement propice aux affaires. Cet article vous guidera à travers le processus complet de création d'une société en Suisse, en couvrant à la fois les raisons individuelles et les structures de sociétés telles que la Société à Responsabilité Limitée (SARL) et la Société Anonyme (SA).

Partie 1 : Choix de la forme juridique

Avant de commencer, il est crucial de choisir la forme juridique de votre entreprise. En Suisse, les structures en vigueur sont la raison individuelle, la SARL et la SA.

1.1 Raison individuelle

La raison individuelle est la forme la plus simple et la plus rapide à créer. Elle est généralement choisie par les petits entrepreneurs ou les indépendants. L'entrepreneur est le seul propriétaire et est responsable de toutes les dettes de l'entreprise sur son patrimoine personnel.

1.2 Société à Responsabilité Limitée (SARL)

La SARL est une forme de société où la responsabilité des associés est limitée à leur apport. Elle nécessite un capital minimum de 20 000 CHF et convient aux petites et moyennes entreprises.

1.3 Société Anonyme (SA)

La SA est une structure adaptée aux grandes entreprises et nécessite un capital minimum de 100 000 CHF, dont au moins 50 000 CHF doivent être libérés au moment de la création. Les actionnaires ne sont responsables qu'à hauteur de leur apport.

Partie 2 : Les étapes de création d'une société en Suisse

2.1 Préparation du projet

1. Définir le concept et le business plan : Élaborez un business plan détaillé, incluant une étude de marché, une stratégie de marketing, des prévisions financières et des objectifs à court et long terme.

2. Choisir la forme juridique : Selon la nature de votre activité et vos ambitions, choisissez entre la raison individuelle, la SARL ou la SA.

2.2 Choisir le nom de l'entreprise

Le nom de l'entreprise doit être unique et ne pas prêter à confusion avec d'autres sociétés existantes. Vous pouvez vérifier la disponibilité du nom auprès du registre du commerce suisse.

2.3 Rédiger les statuts

Les statuts sont les documents constitutifs de la société. Ils doivent inclure les informations suivantes :

1. Raison sociale : Le nom sous lequel l'entreprise sera enregistrée.

2. Objet social : Description des activités de l'entreprise.

3. Siège social : L'adresse officielle de la société.

4. Capital social : Le montant du capital social et la répartition des parts.

5. Organes de la société : Les personnes en charge de la gestion et de la direction de l'entreprise.

2.4 Ouvrir un compte bancaire et déposer le capital

Pour les SARL et les SA, il est nécessaire d'ouvrir un compte bancaire au nom de la société et d'y déposer le capital social requis. La banque fournira une attestation de dépôt du capital, indispensable pour l'inscription au registre du commerce.

2.5 Inscription au registre du commerce

L'inscription au registre du commerce est obligatoire pour toutes les sociétés. Les documents suivants sont nécessaires :

1. Formulaire d'inscription : Disponible sur le site du registre du commerce.

2. Statuts de la société : Dûment rédigés et signés.

3. Attestation de dépôt du capital : Fournie par la banque.

4. Déclaration d'acceptation des fonctions des organes de la société : Signée par les personnes concernées.

2.6 Obtenir un numéro d'identification des entreprises (IDE)

L'IDE est un numéro unique attribué à chaque entreprise en Suisse. Il est nécessaire pour toutes les démarches administratives et fiscales. Vous pouvez l'obtenir auprès de l'Office fédéral de la statistique.

2.7 Inscription à la TVA

Si votre chiffre d'affaires annuel dépasse 100 000 CHF, vous devez vous inscrire à la TVA auprès de l'Administration fédérale des contributions (AFC).

2.8 Affiliation aux assurances sociales

Toutes les entreprises en Suisse doivent s'affilier aux assurances sociales. Cela inclut l'AVS (Assurance vieillesse et survivants), l'AI (Assurance invalidité), les allocations familiales et l'assurance chômage.

Partie 3 : Particularités des raisons individuelles

3.1 Formalités d'inscription

Pour une raison individuelle, les formalités sont simplifiées. Vous devez :

1. Inscrire votre entreprise au registre du commerce : Obligatoire si le chiffre d'affaires dépasse 100 000 CHF par an.

2. S'inscrire à l'AVS : En tant qu'indépendant, vous devez vous inscrire auprès de la caisse de compensation AVS.

3.2 Responsabilité et fiscalité

L'entrepreneur est personnellement responsable des dettes de l'entreprise. Les bénéfices sont imposés sur le revenu de l'entrepreneur, et non pas séparément comme dans une société.

3.3 Risques liés aux raisons individuelles

L'entrepreneur en raison individuelle ou la société en nom collectif n'est pas protégé sur son patrimoine personnel. En effet, en cas de problème ou litige ou responsabilité engagé, alors l'entrepreneur est ici responsable de manière infinie sur ses biens personnels.

Partie 4 : Particularités des SARL

4.1 Constitution

1. Capital social : Le capital minimum de 20 000 CHF doit être entièrement libéré.

2. Associés : Minimum un associé, qui peut être une personne physique ou morale.

3. Gérance : La gestion peut être assurée par un ou plusieurs gérants, dont au moins un doit résider en Suisse.

4.2 Responsabilité et fiscalité

Les associés sont responsables uniquement à hauteur de leur apport. La SARL est imposée comme une personne morale, avec un taux d'imposition sur le bénéfice et le capital.

Partie 5 : Particularités des SA

5.1 Constitution

1. Capital social : Le capital minimum est de 100 000 CHF, dont au moins 50 000 CHF doivent être libérés.

2. Actionnaires : Minimum un actionnaire, qui peut être une personne physique ou morale.

3. Conseil d'administration : Minimum un administrateur, qui doit résider sur le sol Suisse.

Les actionnaires ne sont responsables qu'à hauteur de leur apport. La SA est imposée comme une personne morale, avec un taux d'imposition sur le bénéfice et le capital. La SA et la SARL permettent de bénéficier de assurance chômage.

Toutes les particularités des différentes formes juridiques sont décrites dans le présent article : Voir l'article

Partie 6 : Aspects pratiques et conseils

6.1 Faire appel à un notaire

Pour la constitution d'une SARL ou d'une SA, la nomination d'un notaire est obligatoire pour le dépôt de la demande de création au registre du commerce.

6.2 Recourir à une fiduciaire

Recourir à une fiduciaire est essentiel pour créer une entreprise en suisse. En effet, à la différences des notaires, les fiduciaires ont une approche orientée vers le sens des affaires, et pourront aider à la rédaction des statuts suivant le type de service ou d'industrie et la vérification des documents.

Il faut compter en moyenne deux semaines pour constituer une entreprise en Suisse, peut-importe la forme SARL, SA ou Raison Individuelle.

6.3 Sécuriser le financement

Assurez-vous d'avoir un financement solide avant de lancer votre entreprise. Vous pouvez explorer diverses options, telles que les prêts bancaires, les investisseurs privés ou les subventions publiques.

6.4 Comprendre les obligations légales

Il est essentiel de comprendre et de respecter les obligations légales liées à votre activité, y compris les réglementations sectorielles spécifiques, les normes de sécurité et les exigences environnementales.

Partie 7: Pièges à éviter

Risque 1 : Mauvaise évaluation du marché. Recommandation : Réalisez une étude de marché approfondie pour comprendre la concurrence et la demande.

Risque 2 : Choix inadapté de la forme juridique. Recommandation : Analysez les avantages et inconvénients de chaque forme (raison individuelle, SARL, SA) avec un expert juridique.

Risque 3 : Capital social insuffisant. Recommandation : Assurez-vous d'avoir un capital suffisant et explorez diverses options de financement.

Risque 4 : Négligence des obligations légales et administratives. Recommandation : Respectez les formalités (inscription au registre du commerce, assurances sociales) pour éviter des amendes.

Risque 5 : Mauvaise gestion financière. Recommandation : Mettez en place une comptabilité rigoureuse et surveillez vos flux de trésorerie. Engagez un comptable si nécessaire.

Risque 6 : Non-conformité fiscale. Recommandation : Respectez les obligations fiscales locales et consultez un expert pour optimiser votre situation fiscale.

Risque 7 : Négligence des assurances. Recommandation : Souscrivez aux assurances obligatoires et envisagez des couvertures supplémentaires adaptées à votre activité.

Risque 8 : Problèmes de gouvernance. Recommandation : Établissez une structure de gouvernance claire avec des rôles et responsabilités définis.

Risque 9 : Manque de réseau et de soutien. Recommandation : Participez à des réseaux professionnels et événements pour établir des contacts utiles.

Nous vous recommandons de visite cet article pour comprendre toutes les spécificités avant d'arriver en suisse : Voir l'article

Conclusion

La création d'une entreprise en Suisse nécessite une planification minutieuse et le respect de diverses formalités administratives. Que vous optiez pour une raison individuelle, une SARL ou une SA, chaque forme juridique présente des avantages spécifiques. En suivant les étapes décrites dans cet article et en vous entourant de professionnels compétents, vous pouvez maximiser vos chances de succès et profiter de l'environnement favorable aux affaires que la Suisse offre.

Ouvrir une société en Suisse peut être un défi, mais avec les bonnes informations et le soutien adéquat, il est tout à fait possible de naviguer avec succès dans ce processus. Que vous soyez un entrepreneur individuel ou que vous souhaitiez créer une structure plus complexe, la Suisse offre un cadre attractif pour développer votre activité.

Vous souhaitez rejoindre le groupe Fiduciaire Genevoise ?

Nous répondons à vos questions et vous accompagnons pour intégrer vos activités avec nos services.